Si les précipitations et la température sont des facteurs classiquement associés au paludisme, on sait peu de choses sur les autres facteurs météorologiques, leur variabilité et leurs relations de cause à effets avec la maladie, en relation avec les variations de hauteur des rivières. En outre, dans les zones périurbaines, l’urbanisation et la densité démographique croissante devraient être évaluées en lien avec ces facteurs environnementaux. Le but de cette étude était d’évaluer l’impact des facteurs environnementaux, météorologiques et hydrologiques combinés sur l’incidence du paludisme à travers le temps dans le contexte de l’urbanisation.

>> Lire l’article en ligne sur le site de Malaria Journal (en anglais)

Cet étude a été réalisée dans le cadre de l’Incubateur de Recherche Innovante.

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account